ETAPE 8 : repos à Sienne

Ce qui m'a le plus marqué, c'est :

 

Jeanne-Antide (cycliste):

La rencontre avec Raymond à Orio-Litta, ainsi que le moment que nous avons partagé avec lui après le repas. Je me souviendrai aussi d'avoir fait le Grand-St-Bernard.

 

Simon :

L'ascension du Gd-St-Bernard avec Jeannette ainsi que les paysages de Toscane d'hier matin, sous un si beau soleil. Cette route nous a permis de faire de belles rencontres.

 

Lisa (logistique): 

La découverte de la cathédrale de Sienne. C'est la plus belle église que je n'ai jamais vue!

 

Bertrand:

La montée du Gd-St-Bernard avec Louison. Une expérience incroyable! Plus globalement, c'est aussi l'expérience de groupe et le soutien de chacun. 

 

Émilien:

L'architecture locale qui est si caractéristique.

 

Alexandrine:

Ma chute à l'arrêt dans la montée pour aller à Berceto. À la rentrée, je pourrai faire croire à mes élèves que je me suis faite griffer par un tigre!

 

Cyril:

La montée à 25% que nous avons faite à Sienne avec Simon et Léo, mais aussi le fait de dormir hier dans la ville fortifiée de Monteriggioni.

 

Jeanne-Antide (logistique) :

La façon dont les cyclistes roulent vite : nous n'arrivons pas toujours à les suivre! Leur optimisme me marque également : personne ne se plaint!

 

Anne (logistique):

L'accueil des gens les trois premiers jours, et en particulier à Santhia et Orio Litta, ainsi que le fait que Massimo nous ait attendu à Fidenza. On sentait que c'était vraiment fraternel !

 

Louison:

La montée du Grand-St-Bernard, avec la volonté de chacun d'arriver au-dessus, malgré la météo (orage, pluie, froid). C'était l'étape la plus dure si tu aimes mieux. Beaucoup sont allés au bout d'eux-mêmes.

 

Valérie (logistique) :

Le courage et la volonté des cyclistes qui partent tous les jours pour de longues étapes sans rechigner.

 

Léonor :

Qu'on soit arrivés à Sienne en une semaine en ayant traversé les Alpes!

 

Blandine:

D'avoir vu la mer au loin. Elle était belle et flamboyante. J'ai posé mon vélo pour courir dans l'eau. Mes nattes volaient au vent et j'avais l'air d'une enfant. Je me suis même faite disputer par un surveillant parce que je n'étais pas au bon endroit!

 

Jérôme :

De voir des gens de toutes les nationalités au Grand-St-Bernard, avec qui nous avons mangé. La messe et les chants durant les vêpres, avec toutes ces personnes, étaient impressionnants.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0