Bienvenue sur le nouveau site de Roulons Pour l'Espoir


Actualité :

Weekend du 01/02 Juillet

En ce début du mois de juillet, nous avons réalisé, dans la bonne humeur qui accompagne toujours nos sorties, notre second week-end d’entraînement pour le pèlerinage de cet été.

 

 

La soirée s’est ensuite déroulée à l’Escale, en présence de Daniel Rabourdin, réalisateur du docu-fiction La Rebellion cachée, sur les évènements de Vendée qui se sont déroulés lors de la grande Révolution française. La projection du film a été vue par une quinzaine de personnes, en plus des membres de notre groupe. Elle a été suivie d’un court moment d’échanges.

 

Suite à cette première journée, nous nous sommes rendus le dimanche matin à la messe à Reugney. La célébration d’inauguration suite à la restauration de l’église était présidée par le père Poinsot, dépêché pour l’occasion par l’archevêque n’ayant pu se déplacer. Les fidèles, par ailleurs très nombreux, les célébrants et les officiels ont fait preuve de beaucoup de ferveur, d’enthousiasme, mais aussi d’humour pour cette cérémonie si spéciale dans cet édifice si bien réhabilité. D’autres membres et anciens membres de Roulons pour l’Espoir s’étaient joints aux 10 pèlerins de cet été, avant que nous ne partagions tous ensemble un repas chez la famille Laurent. Ce repas fut l’occasion pour nous d’une petite réunion concernant le fonctionnement de l’association et l’organisation du voyage à Rome. De nombreuses dates d’entraînement et d’évènements ont été fixées : le départ approche !

 

Simon Tournier pour L’association Roulons Pour L’Espoir

0 commentaires

Week-end du 20/21

Ce week-end a eu lieu le premier entraînement collectif pour les 11 pèlerins de cet été, qui seront accompagnés en logistique par Anne et Jeanne-Antide, également présentes lors de la rencontre.
Nous souhaitons d’ailleurs la bienvenue à Jeanne-Antide qui vient de rejoindre l’aventure !

Pierrick et Véronique, bien qu’ils ne partent pas à Rome cet été, ont également participé à la sortie vélo du dimanche qui a vu les cyclistes s’entraîner pour 68 km en trois heures, au départ de l’Escale où ils avaient, pour la plupart, passé la nuit.

La veille, Cyril et Léo avaient prévu un petit parcours de 30 km autour de Besançon pour apprendre à se connaître un peu mieux, avant que le groupe n’anime la célébration à l’hôpital avec les malades.

La journée s’était alors poursuivie avec la visite de la maison des familles, avant la soirée crêpes qui y avait été organisée par l’association.

Le beau temps a rendu le week-end, et les sorties en particulier, très agréables : pourvu qu’il soit présent au mois d’août entre Pontarlier et Rome !
0 commentaires

17 Juillet - Jour de repos

0 commentaires

16 Juillet 2016 - L'arrivée

Arrivée du groupe à notre paroisse d'accueil à LODZ après avoir survécu les quelques 1 550 kilomètres !!! 🇫🇷🇲🇨🚴👌

Toujours en pensées avec les familles vivant la maladie.

Lire la suite 1 commentaires

13 Juillet 2016 - 7ième étape

Mercredi a donc été celui des premiers coups de pédales de l’évêque et de ses amis avec l’équipe RPLE. Malgré une petite pluie, due à deux jeunes jouvenceaux qui s’amusent à se prendre pour la Castafiore sur leurs vélos (nous ne citerons pas de nom mais leurs prénoms commencent par un F et un M), le trajet s’est bien passé. Les talents musicaux de ces deux jeunes ne causeront pas d’autre dommage pour la journée. A l’arrivée de la ville étape de Spremberg, les paroissiens nous ont accueilli royalement. Cela nous a permis de célébrer la messe avec eux. Ceux-ci se sont montrés très généreux envers nous et l’association.

0 commentaires

12 Juillet 2016 - 6ième étape

Après une journée de repos bien remplie, nous pensions commencer tranquillement la nouvelle semaine. Mais il n’en fut pas ainsi. Une demi-heure après le départ, après une chute, le dérailleur de Lucie lâche. Montée dans la voiture-balai, même si elle remplacera Pierrick au cours de la matinée, elle devra attendre la fin de la pause déjeuner pour enfourcher à nouveau son vélo grâce à l’équipe logistique qui a réussi après avoir visiter de moult magasins pour retrouver la pièce cassée et réparer le vélo ! La journée se terminera par un petit jeu de piste à la recherche de la pièce manquante… Alors que l’équipe logistique cueille des cerises et se perd dans les méandres des travaux routiers/autoroutiers de la région : le GPS des cyclistes tombe en rade… Nos valeureux cyclistes devront attendre de nombreuses minutes la voiture-balai. Celle-ci, grâce au coaching de notre emplâtrer préféré, Léonor, accompagnera nos sportifs préférés jusqu’à la ville étape de Leipzig. L’arrivée est tardive, le compteur a explosé avec plus de 200 km dans la journée… A l’arrivée toute l’équipe a la joie de découvrir Mgr Jean-Luc Bouilleret et ses coéquipiers venus de Besançon pour soutenir et rouler avec l’équipe. C’est dans une maison d’accueil de personnes handicapées que nous a reçu très chaleureusement le frère Mickael des petits frères de l’Evangile.

 

0 commentaires

11 Juillet 2016 - journée de repos

 

Aujourd’hui c’était cool. Nous avons commencé par une super grasse mat’ jusqu’à 8H ! Après nous être régalés avec confitures, pains, jambons et autres céréales de tous types, nous nous sommes retrouvés pour faire un bilan des 5 premiers jours passés. Rassurez-vous, le bilan fut positif !

 

Nous avons ensuite travaillé sur le thème spirituel du jour qui était l’œuvre de miséricorde : « conseiller ceux qui sont dans le doute ». Les cerveaux ont chauffé et les discussions entre binômes ont fusé. Sachant que les allemands sont très ponctuels et ne supportent pas vraiment le retard, nous avons dû faire preuve de grand courage et nous ‘’allemanifier’’ pour arriver dans un charmant petit restaurant à 12h15 pétant ! Mission accomplie ! Nous avons alors pu déguster de délicieux mets du pays servis par un homme « sehr nett » et souriant. Nous avons pu quitter ce lieu sans oublier d’y remercier nos ‘’hôtes’’ en entonnant un banc bourguignon digne de ce nom !

Mais une ‘’journée’’ repos ne pourrait exister sans un temps de pur repos. Une longue pause nous a alors été accordée : nous l’avons tous acceptée avec une grande joie et c’est la pelouse tambachienne qui a accueilli les cyclistes pour une sieste sous les arbres ensoleillés. Une balade s’est imposée en fin d’après-midi pour découvrir les beaux lacs et forêts qui entourent le village, dégourdissant ainsi les jambes et les yeux.

La soirée s’est conclue par un diner servi à l’auberge, suivi d’un temps de jeux avec un doodle fait maison qui a permis de commencer à apprendre les mots polonais. Moment d’émotion aussi quand Léonor nous a fait part avec tristesse et déception qu’il ne pourrait pas remonter sur le vélo pour les dernières étapes, car cela représenterait trop de risques pour ses coudes.

 

Au final une journée conviviale et reposante, qui a permis à chacun de prendre le temps de mieux se connaitre. La cohésion du groupe assure d’avance la réussite de la dernière phase de notre pélé : l’arrivée en Pologne !!

0 commentaires

10 Juillet 2016 - 5ième étape

 

Après une bonne nuit passée sur les tapis de gym du gymnase à Fulda, et un petit déjeuner revitalisant, nous avons (enfin) réussi à partir à l'heure sous un magnifique soleil pour une étape, riche en côtes ! 

Dans notre élan de ponctualité et de rapidité, nous avons trouvé que la voie verte allemande n'était pas assez rapide nous avons donc tout naturellement pris l’autoroute (fermée cause de travaux) ! Mais de tels efforts ont éreinté Cyril qui a donc imposé une pause au bout du 25 km pour piquer un petit somme pendant que les plus jeunes mangeaient.
10 minutes plus tard, le groupe repart dans sa bonne lancée pour entamer les hostilités...
En effet si nous avons eu la chance de filer dans les descentes (75 km/h pour le tandem (on se ferait presque flasher !) et pour les vélos c'est Pierrick le vainqueur avec une pointe à 72 km/h) nous avons tout de même dû gravir de belles grosses montagnes ! Mais Félix, notre sauveur, toujours dans l'anticipation avait pensé au tendeur, nécessaire parfois pour pédaler pour quatre personnes! (il est trop fort !).
C'est donc à 13h que nous avons fait une pause bien mérité pour prendre l'apéro et manger un délicieux repas préparé par notre fabuleuse logistique : Monique et Jean, assistés par notre coach manchot préféré : Léo !
Nous avons pu également savourer la salade de fruits tant attendue depuis 2 jours, préparer avec amour par Hugues !
Le ventre plein et l'esprit serein, nous avons repris la route pour les trente derniers kilomètres. Présageant une dernière montée difficile, nous décidons de faire une petite pause pipi et ravito dans un joli parc. Les Allemands ayant pitié de nous, ils nous offrent gracieusement un panier de cerises dévorées avec plaisir. C'est alors, que notre logistique nous surprend en plein délit de paresse en nous retrouvant avant la dernière épreuve ! C'est donc encouragés et suivis par la voiture du directeur sportif (Léonor) que nous avons gravi la dernière côte!
Il nous restait alors 5 km de descente, appréciée et savourée à fond pour toute l'équipe, pour arriver à l'auberge de jeunesse. Nous avons donc clôturé notre cinquième étape à 17h, après 6h passées sur le vélo, et avoir pédalé 113 km et plus de 1585m d'ascension !
Le déchargement du camion nous attendait avant le repas servi par l'auberge. Puis, avant le match nous avons joué à un jeu concocté par Blandine pour apprendre le polonais. C'est « bière à la main et saucisse de Morteau » que nous avons supporté les bleus.
Et c'est fatigués que nous allons nous coucher, mais par chance nous avons un matelas, des draps et même un oreiller pour bien nous reposer ainsi que d'une journée repos demain (attendue par tout le monde !).

Lucie et Mathilde

0 commentaires

9 Juillet 2016 - 4ième étape

 Quatrième étape, Darmstadt-Fulda, 140km avec 600 m de dénivelé sur la fin de l’étape. Enrichis par la réunion du soir précédent qui concernait principalement les horaires et l’organisation, nous nous sommes levés à 6 h et nous sommes partis 1h30 plus tard, à l’heure prévue. Trajet sans histoire d’une journée sans histoire jusqu’au ravito. L’après-midi nous avons roulé dans la cambrousse perdue du beau pays wisigoth, avec vue sur une mine de sel. Série de petites et sympathiques montées et descentes, sûrement une des plus beaux après-midis du pélé jusqu’à maintenant, « c’était trop cool » comme l’aurait dit Lucie. Nous avons pris le repas à 16h dans le gymnase final, composé d’une salade de riz remixée après « le piètre travail de Hugues » comme l’aurait si bien dit l’autre (je ne vise personne, suivez mon regard…). Le stade du gymnase en question accueillait du football américain, nous avons donc pu voir de grosses brutes épaisses certifiées deutch qualitate se rentrer dans le lard, mais surtout d’innombrables pauses interminables et des pimbêches portant tutu et pompon déblatérer des inepties dans leur horrible dialecte. Nous apprîmes que Léonor qui n’avait pu rouler avec nous s’était fracturé les deux avant-bras, il en a pour cinq jours de rétablissement, mais point positif, en bon chauvin : il porte désormais les couleurs de la France (Plâtre droit en bleu, plâtre gauche en rouge). Suite à cela nous avons eu l’immense honneur d’assister à la messe du village. Mais lorsque Félix ouvrit son livre de chants, horreur et damnation, C’ETAIT DE L’ALLEMAND !!! Même le pieux séminariste Hugues a avoué avoir eu du mal à comprendre le sermon d’environ une demi-heure, alors je ne vous parle même pas de l’état des cyclistes après avoir roulé toute la journée (n’est-ce pas Cyril, tout homme a ses limites mais « un homme ça s’empêche » Albert Camus) Matthieu 1.1


S’en suivit le deuxième petit-déjeuner, le temps spi, la vaisselle et pour certains une bonne partie de beach-volley pendant que les autres finissaient le repas par des cerises fraîchement cueillies (« mais voler c’est mal sauf chez l’ennemi »)Félix 1.1 . Durant la partie de volley, le grand sage Hugues nous fit part de son savoir, en nous enseignant le tchek Benoît XVI (qui soit dit en passant est légèrement louche…), en nous faisant part de sa dure jeunesse qui l’a amené traumatisé par ses grands-parents à commencer la chasse aux mamies n’écoutant pas les sermons. Il a fait preuve de son incroyable force en enseignant de manière brutale à deux jeunes rebelles insouciants la lutte gréco-romaine. Ce fut l’enseignement du grand maître séminariste. La nuit passée fut sûrement une des plus agréables dû sûrement aux doux matelas de gymnastiques qui nous servirent de couchage. « Gute Nacht » les petits… Et rendez-vous au prochain épisode…

 

 

PS : prière de ne pas porter plainte contre le séminariste, il est possible que le récit de sa vie ait été légèrement déformé

0 commentaires

8 Juillet 2016 - 3 ème étape

Quand sonnèrent les 12 coups de minuit, alors que Cendrillon était couchée, ses magnifiques princes charmants entonnèrent un sublime chant grégorien à 4 voix. Cendrillon, attirée par ce chant mélodieux se dirigea vers ces hommes aux beaux yeux et aux doux poils soyeux. Ne sachant lequel choisir, elle n’eut point le temps de réfléchir, que ses prétendants s’avancèrent les mains dans le dos, dissimulant leurs précieux cadeaux. Prête à s’engager pour le meilleur et pour le pire, elle vit sur sa face une demi-douzaine de coussins s’aplatir.
C’est ainsi que commença la journée, pour Lucie et ses 18 balais.


3ème étape, Rastatt-Darmstadt, 184 km dont 43 bornes de détours. Fiers de leur victoire on a entendu dans les villes traversées, quelques jeunes français impolis crier non sans provocation le score de la veille (2-0 pour la France vu sur grand écran chez l’ennemi). Après une attaque d’un véhicule venu d’une autre galaxie nous avons atteint un charmant village que nous avons désiré connaître par cœur en en faisant 43 fois le tour sans jamais y entrer sauf lors de la pause repas avec surprise des bananes au chocolat et au miel. Retour en selle après avoir bien mangé, plusieurs bornes parcourues sans incidents jusqu’à… UN FEU ROUGE !!!!! Ah et aussi Léonor a violement été forcé d’avaler du bitume … par une racine ce qui soit dit en passant le change des poussettes. Hugues en preux chevalier (saint Georges n’aurait pas fait mieux) l’a remorqué jusqu’au séminaire d’arrivée où nous l’avons rejoint après quelques kilomètres conscients qu’il nous manquait un poids mort à l’arrière… La journée s’est finie par une petite réunion bilan des troupes dans la joie et la bonne humeur…

 

 

A bientôt pour de nouvelles aventures…

0 commentaires