Bienvenue sur le nouveau site de Roulons Pour l'Espoir


Actualité :

ETAPE 10 : Bolsena -> Rome

Nous quittons Bolsena sous un soleil de plomb, il n'a pas fait beaucoup plus frais le reste de la journée... Le record de 45,4'C est battu! Nous en avons vraiment bavé aujourd'hui, surtout dans les innombrables montées. Sans compter que la route nous a secoués toute la journée, et que nous n'avons jamais roulé aussi vite! L'excitation monte dans le groupe: vous nous auriez vu à midi! Nous avons bien ri, en tout cas. Nous nous sommes arrêté pour manger à Agualanra, épuisés, au bord d'un lac magnifique.

Aux portes de Rome, bien que nous ne tenions plus et qu'il nous presse d'arriver, nous nous arrêtons dans une superette pour acheter de l'eau fraiche puisque celle de nos gourdes est bouillante, et prend le goût du plastique qui fond au soleil. C'est alors que nous nous rendons compte que le pneu d'Emilien a une hernie, et qu'il faut de nouveau le changer.

Arrive alors le moment que vous comme nous attendions impatiemment... l'arrivée sur la place St-Pierre! Eh bien... Nous avons gagné notre pari, puisque nous sommes arrivés en vélo sur les pavés devant la Basilique, en y entrant par la grande avenue en face de ce sublime monument. Quelle belle image! Nous avons pu parler avec beaucoup de visiteurs intrigués. C'est magnifique et émouvant de se retrouver ici après un si long périple. Nous nous félicitons et quelques larmes coulent... Pour certains, les larmes ne s'arrêtent pas, tant ce moment de joie est si fort. 

Au cours de toutes ces journées, et surtout à l'arrivée, nous avons beaucoup pensé à vous, en sachant combien vous l'avez fait pour nous. Du fond du cœur, un grand merci!

Il ne nous reste plus qu'à faire à présent quelques comptes...

Côté route:

Kilomètres parcourus: 1127, soit

Nombre d'heures de vélo : 55h.

Vitesse moyenne: 20,56 km/h.

Dénivelé positif: 9868m, soit plus que l'Everest (8848m), plus de deux fois le Mont Blanc, ou encore 72 Basiliques St-Pierre et demie. Sachant qu'un sanglier adulte mesure en moyenne 87 cm, nous vous laissons faire le calcul...

Le nombre de coups de klaxon donnés dans notre dos: 150.

Le nombre de coups de klaxon d'encouragements donnés par la logistique : 380...

Le nombre de chambres à air crevées : 8 (5 pour Bertrand, et 2 en 5 minutes pour le tandem ce matin). 

Le nombre de pneus déchirés : 2 + 1 hernie, et le tout pour Emilien...

Le nombre de rayons cassés : 2.

Le nombre de roues changées : 4.

Le nombre de rétroviseur cassé : 1.

Le nombre de "ciao" lancés aux passants: 143.

Le nombre de pèlerins croisés sur les routes: 58.

Le nombre de chargement et déchargement de camion: 16.

Le nombre de chutes : un peu compliqué à déterminer.. Une, celle de Jeje dans la mer, mais ce n'était pas en vélo... À la rigueur, une et demie, car tomber à l'arrêt, cela ne compte pas vraiment Alex!On pourrait aussi rajouter une double chute, celle du tandem Leo-Jeje à l'entrée de la place St-Pierre!

Le nombre de gros mots dits par l'équipe : 3000.

Le nombre de gros mots dits par Valérie : 1.

Côté logistique :

Le nombre de chargement et déchargement de camion: 21.

Le nombre de bols lavés : 154.

400 barres de céréales achetées.

Le record de barres mangées en un seul ravito: 14, par Simon.

15 kilos de féculents.

65 pains.

30 boîtes de sardines et de maquereaux.

Environ 600L d'eau pour remplir les gourdes et faire la cuisine.

72 oeufs utilisés pour faire 2 omelettes.

Côté bobo:

Une dizaine de paires de fesses talées.

Deux genoux (Léo et Émilien) et un orteil (Simon) en moins.

Le nombre de litres de vaseline appliquées sur nos fesses: 3L.

Les piqûres de moustiques: 124.

Le nombre d'ampoules: 0!!

0 commentaires

ETAPE 9 : Sienne -> Bolsena

Nous avons passé hier un après-midi de repos hier à Sienne, après avoir fait 15 km le matin pour rejoindre la ville. Nous nous sommes retrouvés en pleins préparatifs du palio, la célèbre course de chevaux, et nous avons pu profiter du défilé des quartiers rassemblés chacun derrière leur drapeau.

Ce matin, nous avons retraversé la ville avec tous nos sacs, pour pouvoir effectuer notre départ depuis les remparts, où nous avons pris notre petit déjeuner. Valérie, logisticienne de talent, a pris place sur un des deux tandems, croyant rouler 30 km maximum avec nous. C'est donc effectivement au bout de 46,18 km de faux-plat montant en 2h03 qu'elle a rejoint le C8, laissant sa place à Émilien derrière Cyril. Émilien étant de retour, Blandine a crevé : quelles sont les motivations qui peuvent le pousser à s'acharner ainsi contre les membres de la fratrie Vinsu ?

A partir de 10h, nous avons roulé sous un soleil de plomb, et ce tout le reste de la journée également. Ce qui nous a fait dire que nous ne savions pas s'il y avait un temps idéal pour entrer dans le Lazio, mais que nous en tout cas, nous l'avions fait sous 45'C... Adieu Toscane donc, et bonjour le Lazio! Nous approchons de Rome, qui n'est plus qu'à 120 km de nous. L'excitation monte dans le groupe. Nous aimerions nous payer le luxe d'une arrivée en vélo sur la place St-Pierre... Est-ce que cela sera possible? 

0 commentaires

ETAPE 8 : repos à Sienne

Ce qui m'a le plus marqué, c'est :

 

Jeanne-Antide (cycliste):

La rencontre avec Raymond à Orio-Litta, ainsi que le moment que nous avons partagé avec lui après le repas. Je me souviendrai aussi d'avoir fait le Grand-St-Bernard.

 

Simon :

L'ascension du Gd-St-Bernard avec Jeannette ainsi que les paysages de Toscane d'hier matin, sous un si beau soleil. Cette route nous a permis de faire de belles rencontres.

 

Lisa (logistique): 

La découverte de la cathédrale de Sienne. C'est la plus belle église que je n'ai jamais vue!

 

Bertrand:

La montée du Gd-St-Bernard avec Louison. Une expérience incroyable! Plus globalement, c'est aussi l'expérience de groupe et le soutien de chacun. 

 

Émilien:

L'architecture locale qui est si caractéristique.

 

Alexandrine:

Ma chute à l'arrêt dans la montée pour aller à Berceto. À la rentrée, je pourrai faire croire à mes élèves que je me suis faite griffer par un tigre!

 

Cyril:

La montée à 25% que nous avons faite à Sienne avec Simon et Léo, mais aussi le fait de dormir hier dans la ville fortifiée de Monteriggioni.

 

Jeanne-Antide (logistique) :

La façon dont les cyclistes roulent vite : nous n'arrivons pas toujours à les suivre! Leur optimisme me marque également : personne ne se plaint!

 

Anne (logistique):

L'accueil des gens les trois premiers jours, et en particulier à Santhia et Orio Litta, ainsi que le fait que Massimo nous ait attendu à Fidenza. On sentait que c'était vraiment fraternel !

 

Louison:

La montée du Grand-St-Bernard, avec la volonté de chacun d'arriver au-dessus, malgré la météo (orage, pluie, froid). C'était l'étape la plus dure si tu aimes mieux. Beaucoup sont allés au bout d'eux-mêmes.

 

Valérie (logistique) :

Le courage et la volonté des cyclistes qui partent tous les jours pour de longues étapes sans rechigner.

 

Léonor :

Qu'on soit arrivés à Sienne en une semaine en ayant traversé les Alpes!

 

Blandine:

D'avoir vu la mer au loin. Elle était belle et flamboyante. J'ai posé mon vélo pour courir dans l'eau. Mes nattes volaient au vent et j'avais l'air d'une enfant. Je me suis même faite disputer par un surveillant parce que je n'étais pas au bon endroit!

 

Jérôme :

De voir des gens de toutes les nationalités au Grand-St-Bernard, avec qui nous avons mangé. La messe et les chants durant les vêpres, avec toutes ces personnes, étaient impressionnants.

 

0 commentaires

ETAPE 7 : Lucca -> Sienne

Nous ne savons pas s'il y a un temps idéal pour traverser la Toscane, mais nous, nous l'avons fait sous 40'C. Dur dur ! 

Les paysages valaient le détour aujourd'hui : nous avons vu beaucoup d'oliviers, de cyprès, de vignes et de palmiers. Au km 19, nous sommes d'ailleurs passés près d'une palmeraie : Cyril n'en démord pas, pour lui, il s'agissait d'une plantation de sapins de Noël...

 

Ce matin, la première chose que nous ayons faite a été d'embrasser Alexandrine, pour son anniversaire. Nous avons eu droit à un gâteau ce midi de la part de la logistique pour l'occasion. Mais chut, interdiction de dire son âge !

Juste avant midi, nous avons eu un petit soucis au niveau de l'itinéraire. Bertrand, Cyril et Blandine ont alors eu la chance de voir le premier panneau indiquant Rome! Lorsque nous nous sommes tous retrouvés, au pied du village de Monterrigioni, Cyril a troqui un nouvel hébergement pour le groupe. Nous restons donc ce soir dans ce village, plutôt que d'aller plus loin que Sienne, sachant que nous faisons demain une journée de repos (amplement mérité!) là-bas. Selon le président européen de la Via Francigena, avec qui nous sommes en contact, ce petit village fortifié est le plus beau village de l'itinéraire.

A demain, et merci pour tous vos messages de soutien et d'encouragement!

 

PS: Comme nous l'a suggéré Anne-Sophie, depuis la France, nous avons enquêté et nous avons démasqué le coupable qui semait des clous sur la route devant Bertrand! Il s'agit sans aucun doute d'Emilien, puisque depuis qu'il est en logistique, Bebert le sanglier ne crève plus! Peut être qu'une prière à l'ange qui protège les roues, l'ange Oliver, a également permis d'épargner le valeureux cycliste...

 

0 commentaires

ETAPE 6 : Berceto -> Lucca

Ce matin nous nous réveillons dans 2 maisons différentes, et nous remontons une côte descendue la veille...

De 1 000 m, nous passons à 0: au Km 77, la mer est là !

Nous la longeons au milieu des touristes et autres cyclistes pendant près de 30km avec la mer et les montagnes de Toscane de chaque côté. Ce sont des paysages magnifiques sous un soleil radieux ! 

 

Aujourd'hui, la logistique était vexée, avec les bouchons, les cyclistes allaient plus vite qu'elle !!

Nous la rejoignons à Villareggio pour le repas du midi, alors qu' il est 14H30.

Fruit du hasard (ou pas), nous rencontrons Alberto, un ami de Massimo, le président de la Via Francigena. C'est une belle rencontre.

 

Après le repas, il nous reste une trentaine de km, accompagnée d'un petit col avec 200m de dénivelé.

Au final, après 140km sur toute la journée, notre équipe est soulagée d'arriver à Lucca, où nous retrouvons un ..."gîte".

Une bonne glace en terrasse et au dodo!! Demain, dernière étape jusqu'à Sienne avant le jour de repos 

0 commentaires

ETAPE 5 : Orio Litta -> Berceto

(Ajout aux jours précédents: Lisa, de la logistique, a reconnu elle aussi que Bertrand geignait la nuit... A voir d'ici demain, puisqu'il redort ce soir avec Simon!)

 

Hier soir au restaurant Simon est allé chercher la clé de la voiture. Ne connaissant pas le mot «clé», il essaye de se faire comprendre; la serveuse retourne alors dans le restaurant et lui ramène un tire-bouchon...

 

Ce matin nous sommes dix au départ, car Émilien a rejoint la logistique, Bertrand est de retour parmi les cyclistes avec des roues flambant neuves, et Pierluigi, le maire de Orio litta pédale avec nous. Il nous a fait découvrir les secrets de la Lombardie. Nous avons roulé sur la digue du... Pô: le paysage est magnifique, encore une fois.

 

A Fidenza, nous retrouvons le président de la via Francigena qui était déjà présent à notre départ à Pontarlier. Il était accompagné de l'adjoint au maire de Fidenza. Ils nous ont fait découvrir les reliques d'un saint céphalophore. Attention! Cela ne veut pas dire qu'il brille dans la nuit...

 

Après le déjeuner nous attaquons la montée. Et nous montons, et nous montons, et nous montons. Quelle joie quand nous savourons enfin la descente tant attendue! Cette joie fut de courte durée, puisque nous nous rendons compte qu'il reste quelques km de montée pour arriver à Berceto.

 

Apparemment cela n'a pas suffit à Léonor et Jérôme qui ont dû faire demi-tour en voyant le panneau «Berceto» barré.

Simon a quant à lui eu la fierté d'arriver au village avant la logistique !

 

Frayeur du soir: soucis technique avec la voiture qui a commencé à fumer (de l'intérieur!) dans un démarrage en côte. Moins performante que nous la C8!

 

0 commentaires

ETAPE 4 : Santhia -> Orio Litta

Départ de Santhia, au bout de 3km, première crevaison de la journée, nous ne vous dirons pas tout de suite de qui il s'agit. 10 minutes plus tard, cette personne crève de nouveau. Puis c'est au tour de Cyril de crever au cœur de Verceli, le village est magnifique! 10km plus loin, Bertrand crève pour la troisième fois! Et oui, il s'agissait de Bertrand...

Les comparses continuent la route, jusqu'à ce que Bertrand casse de nouveau un rayon de sa roue arrière. L'étape pour lui s'arrête ici, il rejoint Emilien qui ne peut plus pédaler à cause de son genou, dans la voiture logistique.

Km 48, premier virage...

 

L'étape est longue, la route est difficile, en très mauvais état, il faut se frayer un chemin entre les trous..

Nous roulons malgré tout, toute la journée à la même vitesse, sur des lignes droites.

 

Km 110, perte de deux gourdes: Jeanne-Antide et Alexandrine... perdent leurs bidons d'eau ! Heureusement Jeanne-Antide réussit à récupérer le bidon d'Alex, mais malheureusement pas le sien... plus d'eau pour le reste du parcours...

Simon a presque perdu son gros pouce de pied, mais arrivé à Orio Litta, il a eu la chance de bénéficier d'un bon bain de pied, préparé par Jeanne Antide, de la logistique.

 

Le soir, nous sommes tous invités par la municipalité au restaurant pour déguster de délicieuses spaghettis aux fruits de mer, suivies de gambas, de frites et de rôti, un vrai régal !! Nous y rencontrons Raymond, un autre pèlerin qui effectue à pied le trajet Milan-Rome. Nous partageons un bon moment avec lui!

0 commentaires

ETAPE 3 : Grand Saint Bernard -> Santhia

Ce matin, Simon est bougon, il prétend que Bertrand a geint pendant toute la nuit, mais ce qui le rend plus bougon encore, c'est qu'il ne trouve pas son cuissard... au final il cherchait le mauvais! 

 

La descente du St-Bernard, c'est la folie, le paysage est indescriptible et grandiose!

Une fois sur le plat, le tandem a des soucis: il y a du jeu dans la roue arrière.

Dans un virage à Aoste, Jeanne-Antide perd son porte-gourde et sa gourde, elle entame alors une course contre sa gourde.

 

Km 58, pshhhhit: Emilien crève, son deuxième pneu est foutu, Simon porte alors son vélo à bout de bras tandis qu'Emilien ramasse son genou à la petite cuillère... Il finit le parcours avec la logistique.

 

L'équipage mange un bon taboulé vers 14h30 juste avant Ivrea, pendant qu'Anne et Bertrand mangent des pizzas à Aoste, en attendant la réparation du tandem et de la roue voilée de la veille.

 

Km78, Alexandrine et Simon croisent un bouquetin, il les encourage!

Le tandem a de nouveau des soucis en fin d'après-midi: il est à l'arrêt 20km avant Santhia. Anne et Bertrand récupèrent les deux cyclistes dans le camion. Les deux tandems sont cassés, mais tout le monde se retrouve à Santhia, accueillis par la mairie et la paroisse ainsi que par Mario, membre de la Via Francigena. Nous avons mangé avec eux les spécialités italiennes et piémontaises qu'ils nous offrent: quel régal!

 

0 commentaires

ETAPE 1 et 2 Pontarlier - Saint-Maurice - Col du Grand Saint-Bernard

Lire la suite 0 commentaires

Article dans l'Est Républicain

0 commentaires